ACTUALITES

    « Parler du suicide en période de pandémie » (Papageno programme, avril - octobre 2020).

    « Parler du suicide en période de pandémie » - Message à la population, couverture médiatique et ressources pour les journalistes et les professionnels de la santé (Papageno programme, avril - octobre 2020)

    Le programme Papageno, qui est un « programme national [français] , multimodal et intégré » qui a « pour but de produire et diffuser des solutions innovantes pour tous ceux qui souhaitent s'engager dans la prévention de la contagion suicidaire, la promotion de l'entraide et l'accès aux soins » a rédigé quatre articles traitant du comment « parler du suicide en période pandémie » :

    ·   ·         Pourquoi faut-il davantage de prudence sur la couverture médiatique du suicide en période de crise sanitaire ?

    « La crise sanitaire que nous vivons actuellement confronte l’ensemble des français à l’incertitude et à la perte de repères, voire, pour bon nombre, à en sentiment d’angoisse et d’insécurité. Bien que nécessaires, les mesures mises en place pour y faire face, fragilisent des liens sociaux : confinement, distanciation sociale, isolement, etc.

    Alors que les élans de solidarité et les coopérations sont nombreux, le manque de cohésion et de régulation engendrent des changements importants qui peuvent faire le lit d’idées suicidaires.

    Les craintes d’assister à une augmentation des suicides sont partagées par la communauté des soignants. Que peut-on faire ?

    En terme de prévention du suicide, tout à chacun a un rôle à jouer […] »

    (Cliquez ici pour poursuivre votre lecture)

     

    ·         Prévention du suicide en période de crise sanitaire : messages à faire passer à la population

    « […] 1er message : IL EST CERTAIN QUE L’ON VIT UNE PÉRIODE DIFFICILE […]

    2ème message : LE SUICIDE N’EST PAS UNE FATALITÉ […]

    3ème message : IL EXISTE DES RESSOURCES D’AIDE […] »

    (Cliquez ici pour poursuivre votre lecture)

     

    ·         Journalistes : parler du suicide dans les médias en période de pandémie : précautions à prendre

    « Lorsqu’un suicide a lieu, il est important que les journalistes déterminent s’il doit être rapporté, c’est-à-dire si ce sujet spécifique est digne d’intérêt pour le public ?

    Conseil : Considérez la valeur informative du reportage sur le suicide et son impact sur le public. Est-ce qu’il informera, clarifiera le problème, aidera à prévenir d’autres suicides… ?

    Conseil : Si vous traitez de ce suicide, assurez-vous que l’histoire est conforme à la réalité du sujet, que le traitement journalistique propose des lignes d’appel pour les personnes vulnérables et évoque clairement que dans la majorité des cas, le suicide peut être évité avec les soins appropriés.

    Conseil : À moins qu’il n’y ait des preuves directes pour soutenir un lien direct entre le suicide et la pandémie, incluez des éléments contextuels de base sur le suicide.

    Conseil : Soyez prudents lorsque vous interviewez les endeuillés qui peuvent faire des déclarations sur la cause du suicide ; leur souffrance peut ne pas objectiver leurs propos. »

    (Cliquez ici pour poursuivre votre lecture)

     

    Remarque : L'asbl Educa Santé en collaboration avec l'Association des journalistes professionnels et le concours du Conseil de déontologie journalistique a publié en 2011 des Points de repère pour les journalistes amenés à évoquer des cas ou des phénomènes de suicide. Le document est téléchargeable en cliquant ici.

     

    ·         Professionnels de la santé : quelques précautions à prendre avant de parler du suicide en période de pandémie

    « Dans tous vos contacts avec les médias, n’oubliez pas de :

    -          Vous concentrer sur les risques potentiels de COVID-19 pour la santé mentale, reconnaître qu’il est important de soutenir la santé mentale des gens en ce moment et s’assurer qu’un soutien est disponible pour ceux qui sont en détresse.

    -          Profitez de cette occasion pour encourager les gens à se rapprocher les uns des autres en utilisant le téléphone ou les réseaux sociaux, à participer à des activités qui les aident à gérer leur santé mentale et à donner de l’espoir.

    -          Évitez de faire directement référence au suicide ou une corrélation entre pandémie et suicide

    -          Évitez toute prédiction sur l’impact potentiel sur le taux de suicide.

    -          Éviter de faire sensation en promouvant par inadvertance l’idée que le comportement suicidaire devient une réponse courante aux difficultés rencontrées par la population pendant la pandémie de COVID-19 ».

    (Cliquez ici pour poursuivre votre lecture)

     

    « Prenez soin de vous et de vos proches. N’oubliez jamais que vos proches, votre famille, votre entourage, votre communauté… sont d’une aide précieuse dans ce contexte ; n’hésitez pas à les contacter. En cas de grande détresse psycho-sociale (caractère anxiogène du confinement, sentiment d’insécurité, difficultés relationnelles…) », appelez le 0800/32.123.
    « L’équipe de bénévoles du Centre de Prévention du Suicide assure une écoute citoyenne 24h/24, dans l'anonymat et gratuitement ».